Article mis en avant

Accompagnement à la nourriture pranique – Dominique VERGA

Des nouvelles de Domenico PROVENZANO

Suite à quelques évolutions et changements dans la vie Domenico, celui-ci a suspendu ses activités d’accompagnement à la nourriture pranique depuis quelques mois, et pour un temps encore indéfini. Quelques projets personnels sont en cours, ainsi que la recherche et la mise en place d’un lieu de vie.

Domenico se manifestera ultérieurement lorsque les choses auront suffisamment évolué pour en parler, proposer du concret, et revenir dans les meilleures dispositions.

Pendant cette période, les accompagnements vers la nourriture pranique sont assurés par Dominique VERGA.

Les accompagnements avec Dominique VERGA

Dominique se fera un plaisir de vous accompagner vers ce mode de “nourriture d’Amour” dans une connexion au Père, dans l’Amour et la Lumière.

Le prochain processus qu’elle anime sera à destination des hommes, en petit groupe, dans l’Aude, du  7 jusqu’au 15 septembre.

Voici le lien pour l’évènement qui est publié sur FB qui décrit le processus, si jamais vous ressentez l’élan d’y participer, et bienvenue à vous parmi nous !

Dominique est disponible pour une première prise de contact sur SKype, si vous avez des questions et souhaitez lui parler avant de prendre une décision. Son identifiant :
dominique.verga

Les accompagnements avec Dominique sont basés sur le principe de la douceur dans l’approche de notre cœur en souffrance, qui est éloigné de l’Amour par des peurs et des blessures associées ; c’est avec une extrême délicatesse que le travail de déminage de ces obstacles se fait, avec bienveillance, dans un cadre sécurisé, en groupe, sous le regard bienveillant de l’Amour qui baigne le processus à chaque instant

Un lien vers une jolie video youtube sur Dominique.

Le meilleur pour vous, dans l’amour et la lumière

Vincent

Article mis en avant

Le Mythe de la caverne, de Platon

Cette narration illustre la situation des hommes par rapport à la vraie lumière, c’est-à-dire par rapport à la vérité

Imaginons des captifs enchaînés dans une demeure souterraine, le visage tourné vers la paroi opposée à l’entrée, et dans l’impossibilité de voir autre chose que cette paroi. Elle est éclairée par les reflets d’un feu qui brûle au dehors, sur une hauteur à mi pente de laquelle passe une route bordée d’un petit mur, et derrière ce mur défilent des gens portant sur leurs épaules des objets hétéroclites, statuettes d’hommes, d’animaux, etc…

Mythe de la caverne - Platon

De ces objets, les captifs ne voient que l’ombre projetée par le feu sur le fond de la caverne. De même, ils n’entendent que les échos des paroles qu’échangent les porteurs. Habitués depuis leur naissance à contempler ces vaines images, à écouter ces sons confus dont ils ignorent l’origine, ils vivent dans un monde de fantômes qu’ils prennent pour des réalités…

Voici le texte complet traduit original du Mythe de la caverne, extrait de la “République” – Livre VII

Maintenant représente toi de la façon que voici l’état de notre nature relativement à l’instruction et à l’ignorance.

Figure toi des hommes dans une demeure souterraine, en forme de caverne, ayant sur toute sa largeur une entrée ouverte à la lumière ; ces hommes sont là depuis leur enfance, les jambes et le cou enchainés, de sorte qu’ils ne peuvent ni bouger ni voir ailleurs que devant eux, la chaine les empéchant de tourner la tête ; la lumière leur vient d’un feu allumé sur une hauteur, au loin derrière eux ; entre le feu et les prisonniers passe une route élevée.

Imagine que le long de cette route est construit un petit mur, pareil aux cloisons que les montreurs de marionettes dressent devant eux et au dessus desquelles ils font voir leurs merveilles.

Figure toi maintenant le long de ce petit mur des hommes portant des objets de toute sorte, qui dépassent le mur, et des statuettes d’hommes et d’animaux, en pierre en bois et en toute espèce de matière ; naturellement parmi ces porteurs, les uns parlent et les autres se taisent.

 Voilà, s’écria Glaucon, un étrange tableau et d’étranges prisonniers.

Ils nous ressemblent ; et d’abord, penses-tu que dans une telle situation ils aient jamais vu autre chose d’eux mêmes et de leurs voisins que les ombres projetées par le feu sur la paroi de la caverne qui leur fait face ?

Et comment, observa Glaucon, s’ils sont forcés de rester la tête immobile durant toute leur vie ?

Et pour les objets qui défilent, n’en est-il pas de même ?

 Sans contredit.

Si donc ils pouvaient s’entretenir ensemble, ne penses-tu pas qu’ils prendraient pour des objets réels les ombres qu’ils verraient ?

 Il y a nécessité.

Et si la paroi du fond de la prison avait un écho, chaque fois que l’un des porteurs parlerait, croiraient-ils entendre autre chose que l’ombre qui passerait devant eux ?

 Non, par Zeus !

Assurément de tels hommes n’attribueront de réalité qu’aux ombres des objets fabriqués. Considère maintenant ce qui leur arrivera naturellement si on les délivre de leurs chaînes et qu’on les guérisse de leur ignorance. Qu’on détache l’un de ces prisonniers, qu’on le force à se dresser immédiatement, à tourner le cou, à marcher, à lever les yeux vers la lumière ; en faisant tous ces mouvements, il souffrira et l’éblouissement l’empêchera de distinguer ces objets dont tout à l’heure il voyait les ombres.

Que crois-tu donc qu’il répondra si quelqu’un lui vient dire qu’il n’a vu jusqu’alors que de vains fantômes, mais qu’à présent, plus près de la réalité et tourné vers des objets plus réels, il voit plus juste ?

Si, enfin, en lui montrant chacune des choses qui passent, on l’oblige à force de questions, à dire ce que c’est ? Ne penses-tu pas qu’il sera embarrassé, et que les ombres qu’il voyait tout à l’heure lui paraitront plus vraies que les objets qu’on lui montre maintenant ?

Et si on le force à regarder la lumière elle même, ses yeux n’en seront-ils pas blessés ? N’en fuira-t-il pas la vue pour retourner aux choses qu’il peut regarder, et ne croira-t-il pas que ces dernières sont réellement plus distinctes que celles qu’on lui montre?

 Assurément !

Et si on l’arrache de sa caverne par force, qu’on lui fasse gravir la montée rude et escarpée, et qu’on ne le lâche pas avant de l’avoir trainé jusqu’à la lumière du soleil, ne souffrira-t-il pas vivement, et ne se plaindra-t-il pas de ces violences ? Et lorsqu’il sera parvenu à la lumière, pourra-t-il, les yeux tout éblouis par son éclat, distinguer une seule des choses que maintenant nous appelons vraies ?

 Il ne le pourra pas, du moins dès l’abord.

Il aura je pense besoin d’habitude pour voir les objets de la région supérieure. D’abord, ce seront les ombres qu’il distinguera le plus facilement, puis les images des hommes et des autres objets qui se reflètent dans les eaux, ensuite les objets eux-mêmes. Après celà, il pourra, affrontant la clarté des astres et de la lune, contempler plus facilement pendant la nuit les corps célestes et le ciel lui même, que pendant le jour le soleil et sa lumière.

A la fin j’imagine, ce sera le soleil – non ses vaines images réfléchies dans les eaux ou en quelque autre endroit – mais le soleil lui-même à sa vraie place, qu’il pourra voir et contempler tel qu’il est.

 Nécessairement !

Après celà, il en viendra à conclure au sujet du soleil, que c’est lui qui fait les saisons et les années, qui gouverne tout dans le monde visible, et qui, d’une certaine manière est la cause de tout ce qu’il voyait avec ses compagnons dans la caverne. Or donc, se souvenant de sa première demeure, de la sagesse que l’on y professe, et de ceux qui furent ses compagnons de captivité, ne crois-tu pas qu’il se réjouira du changement et plaindra ces derniers ?

 Si, certes.

Et s’ils se décernaient entre eux louanges et honneurs, s’ils avaient des récompenses pour celui qui saisissait de l’oeil le plus vif le passage des ombres, qui se rappelait le mieux celles qui avaient coutume de venir les premières ou les dernières, ou de marcher ensemble, et qui par là était le plus habile à deviner leur apparition, penses-tu que notre homme fût jaloux de ces distinctions, et qu’il portât envie à ceux qui, parmi les prisonniers, sont honorés et puissants ?

Ou bien comme ce héros d’Homère, ne préféra-t-il pas mille fois n’être qu’un valet de charrue, au service d’un pauvre laboureur, et souffrir tout au monde plutôt que de revenir à ses anciennes illusions de vivre comme il vivait ?

 Je suis de ton avis, dit Glaucon, il préfèrera tout souffrir plutôt que de vivre de cette façon là.

Imagine encore que cet homme redescende dans la caverne et aille s’asseoir à son ancienne place : n’aura-t-il pas les yeux aveuglés par les ténèbres en venant brusquement du plein soleil ? Et s’il lui faut entrer de nouveau en compétition, pour juger ces ombres, avec les prisonniers qui n’ont point quitté leurs chaines, dans le moment où sa vue est encore confuse et avant que ses yeux ne se soient remis (or l’accoutumance à l’obscurité demandera un temps assez long), n’apprêtera-t-il pas à rire à ses dépens, et ne diront-ils pas qu’étant allé là-haut, il en est revenu avec la vue ruinée, de sorte que ce n’est même pas la peine d’essayer d’y monter ? Et si quelqu’un tente de les délier et de les conduire en haut, et qu’ils le puissent tenir en leurs mains et tuer, ne le tueront-ils pas ?

 Sans aucun doute.

Maintenant, mon cher Glaucon, il faut appliquer point par point cette image à ce que nous avons dit plus haut, comparer le monde que nous découvre la vue au séjour de la prison et la lumière du feu qui l’éclaire, à la puissance du soleil. Quant à la montée dans la région supérieure et à la contemplation de ses objets, si tu la considères comme l’ascension de l’âme vers le lieu intelligible, tu ne te tromperas pas sur ma pensée, puisque aussi bien tu désires la connaitre. Dieu sait si elle est vraie.

Pour moi, telle est mon opinion : dans le monde intelligible, l’idée du bien est perçue la dernière et avec peine, mais on ne la peut percevoir sans conclure qu’elle est la cause de tout ce qu’il y a de droit et de beau en toutes choses ; qu’elle a, dans le monde visible, engendré la lumière et le souverain de la lumière ; que dans le monde intelligible, c’est elle-même qui est souveraine et dispense la vérité et l’intelligence ; et qu’il faut la voir pour se conduire avec sagesse dans la vie privée et dans la vie publique.

Je partage ton opinion, autant que je le puis.

Eh bien ! partage là encore sur ce point, et ne t’étonne pas que ceux qui se sont élevés à ces hauteurs ne veuillent plus s’occuper des affaires humaines, et que leurs âmes aspirent sans cesse à demeurer là-haut.

Mais quoi, penses-tu qu’il soit étonnant qu’un homme qui passe des contemplations divines aux misérables choses humaines ait mauvaise grâce et paraisse tout à fait ridicule, lorsque, ayant encore la vue troublée et n’étant pas suffisamment accoutumé aux ténèbres environnantes, il est obligé d’entrer en dispute, devant les tribunaux ou ailleurs, sur des ombres de justice ou sur les images qui projettent ces ombres, et de combattre les interprétations qu’en donnent ceux qui n’ont jamais vu la justice elle même……

La vie nous aime ! – par Mary M’

Savez vous que :

  • La vie ne se vit que dans l’instant présent et ce que nous appelons “problème” est le message qu’elle nous envoie pour nous avertir que la “solution” est déjà là,
    La quête d’outils pour résoudre le problème empêche l’émergence de la solution.
    – La souffrance est l’expression de notre refus à laisser émerger le meilleur de nous-même …
    – Derrière chacune de nos épreuves se trouve toujours un cadeau, un trésor qu’il s’agit de laisser advenir.
    – Plus nous courrons après l’amour, l’argent, le bonheur, … plus nous en cultivons le manque,
    – Avoir des objectifs, des attentes ou des quêtes de résultat, nous coupe de notre nature profonde et nous enferme dans une version étriquée de nous-même …
    – Le monde nous parle que de nous-même !

Mary M’ – Artiste – consultante intuitive – “Free lifeuse” nomade

 

Autour d’une nourriture frugivore, Mary propose des stages d’été  sur les thèmes de l’instant présent, l’intuition, la Loi d’Amour, le pouvoir de l’accueil, la prospérité, le langage de l’âme, etc…

Pour avoir essayé les deux…

Pour avoir essayé les deux, je sais que l’Âme ne se nourrit ni de fraise Taggada, ni de fraise biologique. Et pour l’avoir expérimenté longtemps, je sais aussi que les premières cochonneries que nous avalons sont nos pensées toxiques et notre vision étriquée de nous-même et de la réalité. Pour me l’enseigner, la vie s’est invitée très tôt à ma table en me proposant, à travers multiples allergies et intolérances alimentaires, de me nourrir autrement. Par nécessité ma nourriture s’est donc allégée au fils des années devenant d’abord végétarienne, puis végétalienne et enfin crudivore…
C’est en 2015, suite à un burn out qui a généré une inflammation de tout mon système digestif, que j’ai peu à peu arrêté de manger pour m’orienter vers “la nourriture Lumière”  qui consiste à se nourrir uniquement par l’énergie du Prâna. (Prâna en sanskrit signifie énergie vitale ou encore énergie d’Amour). Après 2 années de voyage à travers mes cellules, j’ai compris que ce chemin hors norme ne s’encombrait d’aucun dogme et encore moins d’objectif et de défi quelconque.
Enfin libérée de mes enfermements, la liberté d’être ce que je suis m’amène de nouveau à célébrer la vie à travers la nourriture solide. Nourriture plus particulièrement centrée sur les fruits !  Mais dépouillée de ses chaines, ma liberté d’être me pousse encore plus loin et en décembre 2017,  je décide de quitter mon logement, de vendre tout ce qu’il me reste pour partir vers l’inconnu, surfer sur les vagues de la Vie et cocréer avec la magie de l’instant présent et tout son potentiel de créativité, de Joie et d’Amour…

Qui est Mary M’ ?

Mentions légales

Politique de confidentialité

Dernière mise à jour : 26 mai 2018

Préambule et définitions

Nous accordons une importance particulière à la confidentialité et à la sécurité de vos données. C’est pourquoi nous mettons tout en œuvre pour que nos processus techniques et opérationnels respectent vos droits relatifs à la protection de vos données personnelles.
Conformément à la loi « Informatique et Libertés » n°78-17 du 6 janvier 1978, ainsi qu’au nouveau Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD), en vigueur au 25 mai 2018 au sein de l’Union Européenne, vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données qui vous concernent.
La présente Politique de Confidentialité vise à vous donner toutes les informations relatives à la protection de vos données personnelles mise en place par Vincent Hermitant.

Données personnelles

Les “données personnelles” désignent l’ensemble des données que nous sommes susceptibles d’enregistrer par le biais de nos divers formulaires et qui peuvent permettre de vous identifier.
Concrètement, cela peut aller de la simple adresse e-mail ou de votre numéro de téléphone en passant par vos noms et prénoms ou encore exceptionnellement à des données plus «sensibles» comme des informations sur votre activité ou encore sur votre entreprise.

Collecte et consentement

Tous les formulaires présents sur les sites de Vincent Hermitant sont conformes au RGPD.
Aussi, lorsque vous remplissez l’un de nos formulaires, vous reconnaissez avoir pris connaissance de la présente Politique de Confidentialité et vous convenez et acceptez que Vincent Hermitant puisse recueillir, traiter, stocker et/ou utiliser ces données personnelles, dans le respect des règles de confidentialité et de sécurité exposées ci-après.

Identité et responsable du traitement de vos données personnelles

L’ensemble des données personnelles sont collectées sur notre site par Vincent Hermitant, pour l’Association Ma Raison d’Etre, Hameau du Quillard, 07230 PAYZAC, Vincent Hermitant étant propriétaire du nom de domaine maraisondetre.fr, et président de cette association.

Données collectées sur le site

Lorsque vous remplissez l’un de nos formulaires, les données suivantes peuvent être collectées et/ou enregistrées :
Pour une personne physique : Nom, Prénom, E-mail, Numéro de téléphone, Ville de résidence, adresse IP.
Cependant, dans le cas le plus courant, et en particulier dans le cas d’une inscription à l’info-lettre via le site : maraisondetre.fr, seuls le prénom et le mail sont demandés et stockés dans notre base de données.

Destinataire des données collectées sur le site

Les données personnelles vous concernant collectées sur les sites de Vincent Hermitant sont destinées à l’utilisation exclusives de Vincent Hermitant.
La base de données n’est utilisée que par Vincent Hermitant qui s’engage à ne pas vendre, louer, partager ou divulguer vos données nominatives à des tiers.
Les informations recueillies sur ce site font l’objet d’un traitement informatique destiné aux activités commerciales et marketing de l’établissement.

Traitement, stockage et sécurité de vos données personnelles

Ces données peuvent, en fonction de vos actions sur notre site, être également stockées, gérées et utilisées par des outils tiers, nécessaires au bon fonctionnement de nos activités.
Aussi, nous nous assurons que ces outils respectent les normes fixées par le nouveau Règlement Général sur la Protection des Données.
L’outil tiers que nous utilisons est : SG AutorépondeurC’est l’outil d’e-mail marketing et transactionnel que nous utilisons, car en parfaite conformité avec le RGPD, conformément à la politique de confidentialité et de sécurité de l’éditeur de cet outil, laquelle est consultable sur leur propre site web https://sg-autorepondeur.com/public/index.php

Newsletters et e-mail marketing

L’ensemble de nos formulaires vous permettent de décider si vous souhaitez ou non recevoir : nos newsletters, nos éventuelles ou futures offres commerciales et promotionnelles, ainsi que les éventuelles et futures offres de nos partenaires qui entreront dans le cadre de nos communications.
Vous pouvez décider de recevoir ou non ces e-mail, conformément au RGPD. Sans ce consentement explicite de votre part, et dans le cas où vous avez complété l’un de nos formulaires, Vincent Hermitant s’engage à ne vous envoyer que les e-mails nécessaire au bon traitement de votre demande.
Ce consentement initial donné par vous-même peut être révoqué à n’importe quel moment. En effet, si vous ne souhaitez plus recevoir d’emails de la part de Vincent Hermitant, il vous suffit de cliquer sur les liens de désabonnement prévus à cet effet et présents dans absolument tous nos e-mails, que ce soient ceux adressés à titres marketing ou transactionnel.
Vous pouvez également nous contacter vincent@maraisondetre.fr pour nous signaler ce souhait de révocation.

Modification de la Politique de Confidentialité

Vincent Hermitant se réserve le droit de modifier la présente Politique de confidentialité à tout moment, notamment en application des changements apportés aux lois et réglementations en vigueur.

Nous vous conseillons également de vérifier cette page régulièrement afin de rester informé, en temps réel, de nos procédures et règles relatives à vos données personnelles.

Droit d’accès, de rectification et droit à l’oubli

Conformément au RGPD et à la loi “informatique et liberté” n°78-17 du 6 janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression de vos données personnelles détenues par Vincent Hermitant .
Vous pouvez exercer ce doit à n’importe quel moment sur simple demande en nous contactant par e-mail sur vincent@maraisondetre.fr

Festival de la conscience pranique – 2018

Quatre jours dédiés à la conscience pranique

Du 10 mai à partir de 16h au 13 mai 2018 à 16h en Belgique.

Pour cette deuxième édition en Belgique, 4 jours dédiés à la conscience pranique, pour vivre en pleine connexion avec la Source, en présence, rencontrer des personnes praniques. S’informer, approfondir le sujet, observer l’évolution, …

Conférences, méditations guidées, concerts vibratoires, danses libres, marches en conscience, etc…. Partages, communion, vivre un temps à part, un moment pour … Être ! Nous vivrons ces jours et ces nuits dans une légèreté vivante faite de joie et de partage, élevant le taux vibratoire dans un écrin de nature !

Ce festival est ouvert à tous : praniques (qui vivent uniquement d’Amour/Lumière) et non-praniques. Bon festival à toi qui choisira de décider que l’Amour est abondance, joie, satisfaction de tous tes besoins, ouverture, …

Les participants pourront plonger dans le mode de vie pranique, c’est à dire en contact avec ce qui nourrit la joie d’être et fait que l’énergie d’Amour prend le relais de la nourriture physique …
Vivre d’amour n’est pas se forcer à ne pas manger, mais être tellement nourri d’amour par ailleurs qu’on ne pense même plus à manger…

Chaque instant sera donc nourri de cela au travers d’activités, d’échanges d’ateliers, de moments d’intériorité et d’autres, de partages avec autrui, de moments de silence et d’autres d’expression, certaines à l’intérieur, d’autres dans la nature, le tout vécu en Conscience, cela qui est la guide durant ces jours… Voilà pour l’essentiel…

Et pour toutes les questions que l’on se pose et auxquelles on “veut” des réponses “pour” s’inscrire : c’est aussi cela qui sera vécu durant ces jours, laisser de côté ce qui nous empêche de VIVRE pleinement ! Trop souvent, nous pensons notre vie au lieu de la vivre vraiment !! Vivre ce qui se présente dans l’instant sans avoir besoin de savoir avant, d’anticiper, de projeter, juste “accueillir ce qui est” dans l’instant…

Cela est est la raison pour laquelle le programme n’est et ne sera pas publié, car c’est une invitation à accueillir, accepter la vie, sans l’avoir imaginée avant…. Accepter le principe que la vie nous comble, au-delà de nos espérances quand nous quittons l’attitude des attentes…

Ce festival n’est pas un stage ni un processus pranique. On apprend les bases de ce qu’est l’état pranique, pour comprendre le chemin à emprunter, vers un équilibre mental, émotionnel, physique, et spirituel. L’idée est de passer un temps à l’eau pour ceux qui veulent, pour se mettre dans les dispositions vers l’état pranique.

Les personnes s’inscrivent pour la durée totale du festival. Il n’y aura pas d’inscription à la journée.

Il n’y aura pas de nourriture disponible sur le site.

Lieu

Vielsalm, province de Luxembourg, Belgique
(vous recevrez l’adresse exacte dès confirmation de votre inscription)

Participation :
104 € pour les adultes
47 € pour les enfants – moins de 12 ans

(Chambres communes)

Co-voiturage :
http://movewiz.fr/

Inscriptions en ligne:
https://www.weezevent.com/festival-de-la-conscience-pranique-2018

Renseignements:
festivalconsciencepranique2018@gmail.com