Article mis en avant

Autonomie énergétique pour la maison

Qu’est ce que l’autonomie énergétique ?

L’autonomie énergétique est le principe selon lequel nous nous affranchissons de nos dépendances par rapport aux fournisseurs officiels pour notre électricité, notre gaz, notre carburant automobile, notre chauffage.

Alors que cette indépendance totale est difficile à atteindre, il n’est pas impossible de s’en approcher, pour peu que nous nous y préparions ; cela nécessite du temps, de l’argent, des compétences, et une certaine organisation, car toute notre vie s’est au fil des générations organisée autour de l’énergie peu chère et abondante.

Concernant l’énergie électrique par exemple, nous vivons aujourd’hui dans l’idée qu’elle sera toujours disponible, au bout d’un doigt qui appuie sur un interrupteur, et dont le coût reste encore pour certains négligeable.

Or la sécurité d’approvisionnement n’est jamais garantie, et c’est sans compter les coupures ponctuelles que nous subissons régulièrement, mais qui ne sont pas trop gênantes, sauf par exemple lorsque l’on n’a pas sauvegardé un travail sur son ordinateur qui s’arrête au mauvais moment ; et lorsque les coupures seront de plusieurs jours, les conséquences seront bien fâcheuses aussi.

De mon coté, il m’est inconfortable de me sentir à la merci d’un fournisseur d’électricité, car toute ma logistique et mon confort sont basés sur cette énergie, à commencer par cet ordinateur sur lequel j’écris, mon éclairage, mon imprimante pour imprimer les supports pour mes stages, mon piano électrique, mes plaques de cuisson, ainsi que mon chauffage.

Le moindre dysfonctionnement du réseau, et nous voilà obligé de nous adapter, à la manière de la survie. Supposons que l’alimentation soit suspendue ; de quelle manière sommes nous affectés ? Nous n’avons plus la possibilité de recharger notre téléphone, la box internet s’arrête, et en 2 jours nous n’avons plus moyen de contacter qui que ce soit. Plus de lumière, plus de réfrigérateur, plus d‘eau chaude sanitaire, … Et même ceux qui ont une chaudière centrale peuvent même encore dépendre d’un circulateur d’eau (électrique) pour amener la chaleur dans les différentes pièces de la maison.

Vu que les communications sont une chose importante aujourd’hui, il est important de s’équiper d’un système électrique de secours, au moins pour alimenter nos téléphones, ou Cibi pour ceux qui pensent qu’une dégradation de la situation pourrait être profonde ; en effet, le scénario d’une rupture de la normalité semble se construire au fil des jours, et les tensions géopolitiques ne vont pas pour le moment vers un apaisement ; et au delà des hausses annoncées du prix de l’énergie électrique, ce que l’on peut constater au fil des ans sur notre facture d’électricité, on parle aujourd’hui de pénuries.

Concernant la partie confort dans la maison, l’eau chaude, le chauffage, la cuisson, une bonne cuisinière mixte au bois à l’ancienne permet de chauffer au moins la cuisine et cuire ses aliments, et ne tombe pas en panne.

Pour la partie électrique, un kit de survie pourrait faire partie des essentiels dans une maison, au moins pour recharger son téléphone, alimenter son ordinateur, protéger son réfrigérateur, avoir quelques lumières, et pouvoir ouvrir ses volets pour ceux qui ont des volets électriques.

Concernant les solutions solaires, photovoltaïques ou thermiques :

L’énergie solaire est en quelque sorte une énergie diffuse que l’on peut capter à l’aide de panneaux, pour la convertir en électricité et/ou en chaleur. Au delà des discours fumeux sur l’énergie soit disant « libre », le solaire en est réellement une, une forme d’énergie libre disponible aujourd’hui, que chacun peut capter, chez soi, gratuitement, pour autant que l’on sache la convertir avec les matériels aujourd’hui très fiables. Il n’y a pas là de magie ici, hormis la magie de la Vie, qui fait qu’un photon peut déplacer un électron vers ma lampe pour qu’elle s’allume, et même la nuit s’il peut auparavant être stocké dans un électrolyte chimique… 😉 Les techniques sont aujourd’hui simples et éprouvées. Il suffit juste de comprendre et appliquer.

Les discours en défaveur du solaire (retour sur énergie grise, recyclage) sont sans fondement aujourd’hui ; les panneaux photovoltaïques sont très bien recyclés. Pour le stockage, les batteries au plomb sont également bien recyclées, avec une entreprise spécialisée en France, Enersys à Arras ; le lithium reste encore à suivre concernant son recyclage. Les rendements des panneaux thermiques sont très bons, et devraient être inclus automatiquement pour toute nouvelle construction.

Et pour aller plus loin sur l’autonomie

J’ai parlé ici d’idées concernant l’énergie, mais la question est bien plus vaste que cela, et intègre les aspects liés à la biomasse, la permaculture et l’agriculture intégrée, l’architecture bioclimatique, et ainsi tous les apports d’énergie libre du soleil par son captage direct et son stockage sur une maison bien conçue, ainsi que les apport d’énergie solaire transformée par la photosynthèse et stockée dans la matière organique, et disponible sous différentes formes (biogaz, chaleur, nutriment du sol, …)

Mais ce sujet fera l’objet d’un autre article.

Qui suis-je ?

Je m’appelle Vincent, j’ai 52 ans, je suis né dans les Bouches du Rhône.

Je suis depuis toujours intéressé à la question de l’énergie, de sa production, ses transferts, ses conversions, et les rendements de conversion.

J’ai ainsi fait une école d’ingénieurs généraliste pour assouvir cette passion entre autres, et j’ai enseigné pendant 25 ans à l’université pour transmettre mes connaissances dans le domaine du génie électrique, électronique, mesure, automatisation, et régulation. J’ai aimé à cette occasion concevoir les meilleurs supports didactiques pour aller à l’essentiel, et transmettre les savoirs de la manière la plus ludique possible.

J’ai quitté l’université en aout 2021, car je suis passionné également par l’entreprenariat, et je sais que ma place est maintenant dans la mise en œuvre de solutions d’autonomie pour chacun, en étant totalement libre des projets que je veux réaliser. Cela a aussi été l’occasion de revenir sur mes terres d’enfance, et m’occuper de mon autonomie totale dans cette maison que j’occupe depuis lors, installé ici, en Ardèche.

Pour compléter mes connaissances dans le domaine, de l’autonomie, j’ai rencontré les fabricants de matériel solaire, suivi des formations, compilé des centaines d’heures de contenu, expérimenté, étudié les documentations les plus précises.

Les stages que je propose

Aujourd’hui, je propose des stages sur l’autonomie énergétique, qui permettent de couvrir l’essentiel en 2 jours, pour produire son électricité, s’émanciper du système, s’affranchir des pénuries, pour ne plus subir, gagner en liberté. Les contenus de mes stages sont précis, concrets, et synthétiques.

Ainsi, vous aurez en main l’essentiel pour faire les bons choix pour votre solution d’autonomie énergétique, pour la mettre en œuvre vous même en totalité ou en partie, et économiser une bonne partie du coût total. Maitrisez votre système.

Le principe est de conduire chacun à une réflexion sur ses besoins actuels et futurs, savoir adapter sa relation à l’énergie, à comprendre les principes pour la conception et la mise en œuvre de sa solution, et ainsi être acteur de son autonomie ; le prix du stage est alors largement amorti par l’implication de chacun, et une réflexion correctement menée permet de retrouver au moins 10 fois son investissement.

Horaires :
Payzac 07 : 9h-12h, puis 13h-17h.
Autres lieux : Jeudi 10h-18h, vendredi 9h-17h

Repas tiré du sac, type auberge espagnole

Tarif : 140€ les 2 jours (ou 220€ pour un couple).

Inclus un entretien individuel personnalisé d’une heure, hors frais de déplacement éventuel.

Les dates à venir sont ici

Contenu des stages sur l’autonomie énergétique

Tout savoir sur comment et pourquoi être autonome dans sa maison ou son habitat léger, pour un collectif ou un particulier.

Introduction à l’énergie, la conversion, les rendements, le stockage d’énergie, la rentabilité d’une installation.

Les principes pour la production d’énergie, sa consommation, l’injection au réseau, l’autonomie totale ou partielle, ou l’autoconsommation, ou l’ESS**.

Les possibilités d’autonomie énergétique (électrique, biomasse, ECS, chauffage, conception bioclimatique).

Affiner son projet vers une autonomie partielle ou totale. Intégrer les aspects techniques des différentes solutions, optimiser une installation photovoltaïque

A qui s’adressent mes stages ?

 A celui qui veut comprendre pour mettre en œuvre,

A celui qui veut comprendre, pour savoir expliquer son besoin précis à un installateur, choisir et concevoir ensemble sa solution.

Dans tous les cas, cela s’adresse à celui qui veut économiser sur son installation, et avoir la maitrise de sa solution.

Il y a une suite à ces 2 jours, pour ceux qui veulent mettre en œuvre, pour les installateurs ou électriciens qui veulent participer à l’aventure.

Recherche de partenaires

Je recherche des partenaires supplémentaires électriciens ou installateurs photovoltaïques avec qui travailler dans les départements de l’Ardèche, du Gard, de la Drome, et Bouches du Rhône ; en effet, suite à mes formations, la plupart de participants souhaitent être accompagnés dans la réalisation de leur solution. Certains d’entre eux pourront réaliser une grande part de leur installation (panneaux, câbles solaires, protections, …), d’autres voudront faire appel à un installateur qui pourra mettre en œuvre, installer des panneaux solaires, préparer le tableau électrique, …

Si vous voulez discuter de cette analyse et les propositions associées, vous pouvez me contacter.

 

Plus d’infos : Vincent au 06 46 24 61 99 – hermitant.ecolibre@gmail.com

 Vincent HERMITANT
Diplôme d’Ingénieur généraliste de l’ENIM.
Ancien Professeur en génie électrique et mécatronique à l’université de Metz.

Passionné par l’autonomie pour l’humain, et la transmission des savoirs.
25 ans de pédagogie, 25 ans de passion pour l’énergie, l’autonomie, au service du nouveau monde, à votre service pour vous faciliter la transition.

 

Article mis en avant

Le Mythe de la caverne, de Platon

Cette narration illustre la situation des hommes par rapport à la vraie lumière, c’est-à-dire par rapport à la vérité

Imaginons des captifs enchaînés dans une demeure souterraine, le visage tourné vers la paroi opposée à l’entrée, et dans l’impossibilité de voir autre chose que cette paroi. Elle est éclairée par les reflets d’un feu qui brûle au dehors, sur une hauteur à mi pente de laquelle passe une route bordée d’un petit mur, et derrière ce mur défilent des gens portant sur leurs épaules des objets hétéroclites, statuettes d’hommes, d’animaux, etc…

Mythe de la caverne - Platon

De ces objets, les captifs ne voient que l’ombre projetée par le feu sur le fond de la caverne. De même, ils n’entendent que les échos des paroles qu’échangent les porteurs. Habitués depuis leur naissance à contempler ces vaines images, à écouter ces sons confus dont ils ignorent l’origine, ils vivent dans un monde de fantômes qu’ils prennent pour des réalités…

Voici le texte complet traduit original du Mythe de la caverne, extrait de la “République” – Livre VII

Maintenant représente toi de la façon que voici l’état de notre nature relativement à l’instruction et à l’ignorance.

Figure toi des hommes dans une demeure souterraine, en forme de caverne, ayant sur toute sa largeur une entrée ouverte à la lumière ; ces hommes sont là depuis leur enfance, les jambes et le cou enchainés, de sorte qu’ils ne peuvent ni bouger ni voir ailleurs que devant eux, la chaine les empéchant de tourner la tête ; la lumière leur vient d’un feu allumé sur une hauteur, au loin derrière eux ; entre le feu et les prisonniers passe une route élevée.

Imagine que le long de cette route est construit un petit mur, pareil aux cloisons que les montreurs de marionettes dressent devant eux et au dessus desquelles ils font voir leurs merveilles.

Figure toi maintenant le long de ce petit mur des hommes portant des objets de toute sorte, qui dépassent le mur, et des statuettes d’hommes et d’animaux, en pierre en bois et en toute espèce de matière ; naturellement parmi ces porteurs, les uns parlent et les autres se taisent.

 Voilà, s’écria Glaucon, un étrange tableau et d’étranges prisonniers.

Ils nous ressemblent ; et d’abord, penses-tu que dans une telle situation ils aient jamais vu autre chose d’eux mêmes et de leurs voisins que les ombres projetées par le feu sur la paroi de la caverne qui leur fait face ?

Et comment, observa Glaucon, s’ils sont forcés de rester la tête immobile durant toute leur vie ?

Et pour les objets qui défilent, n’en est-il pas de même ?

 Sans contredit.

Si donc ils pouvaient s’entretenir ensemble, ne penses-tu pas qu’ils prendraient pour des objets réels les ombres qu’ils verraient ?

 Il y a nécessité.

Et si la paroi du fond de la prison avait un écho, chaque fois que l’un des porteurs parlerait, croiraient-ils entendre autre chose que l’ombre qui passerait devant eux ?

 Non, par Zeus !

Assurément de tels hommes n’attribueront de réalité qu’aux ombres des objets fabriqués. Considère maintenant ce qui leur arrivera naturellement si on les délivre de leurs chaînes et qu’on les guérisse de leur ignorance. Qu’on détache l’un de ces prisonniers, qu’on le force à se dresser immédiatement, à tourner le cou, à marcher, à lever les yeux vers la lumière ; en faisant tous ces mouvements, il souffrira et l’éblouissement l’empêchera de distinguer ces objets dont tout à l’heure il voyait les ombres.

Que crois-tu donc qu’il répondra si quelqu’un lui vient dire qu’il n’a vu jusqu’alors que de vains fantômes, mais qu’à présent, plus près de la réalité et tourné vers des objets plus réels, il voit plus juste ?

Si, enfin, en lui montrant chacune des choses qui passent, on l’oblige à force de questions, à dire ce que c’est ? Ne penses-tu pas qu’il sera embarrassé, et que les ombres qu’il voyait tout à l’heure lui paraitront plus vraies que les objets qu’on lui montre maintenant ?

Et si on le force à regarder la lumière elle même, ses yeux n’en seront-ils pas blessés ? N’en fuira-t-il pas la vue pour retourner aux choses qu’il peut regarder, et ne croira-t-il pas que ces dernières sont réellement plus distinctes que celles qu’on lui montre?

 Assurément !

Et si on l’arrache de sa caverne par force, qu’on lui fasse gravir la montée rude et escarpée, et qu’on ne le lâche pas avant de l’avoir trainé jusqu’à la lumière du soleil, ne souffrira-t-il pas vivement, et ne se plaindra-t-il pas de ces violences ? Et lorsqu’il sera parvenu à la lumière, pourra-t-il, les yeux tout éblouis par son éclat, distinguer une seule des choses que maintenant nous appelons vraies ?

 Il ne le pourra pas, du moins dès l’abord.

Il aura je pense besoin d’habitude pour voir les objets de la région supérieure. D’abord, ce seront les ombres qu’il distinguera le plus facilement, puis les images des hommes et des autres objets qui se reflètent dans les eaux, ensuite les objets eux-mêmes. Après celà, il pourra, affrontant la clarté des astres et de la lune, contempler plus facilement pendant la nuit les corps célestes et le ciel lui même, que pendant le jour le soleil et sa lumière.

A la fin j’imagine, ce sera le soleil – non ses vaines images réfléchies dans les eaux ou en quelque autre endroit – mais le soleil lui-même à sa vraie place, qu’il pourra voir et contempler tel qu’il est.

 Nécessairement !

Après celà, il en viendra à conclure au sujet du soleil, que c’est lui qui fait les saisons et les années, qui gouverne tout dans le monde visible, et qui, d’une certaine manière est la cause de tout ce qu’il voyait avec ses compagnons dans la caverne. Or donc, se souvenant de sa première demeure, de la sagesse que l’on y professe, et de ceux qui furent ses compagnons de captivité, ne crois-tu pas qu’il se réjouira du changement et plaindra ces derniers ?

 Si, certes.

Et s’ils se décernaient entre eux louanges et honneurs, s’ils avaient des récompenses pour celui qui saisissait de l’oeil le plus vif le passage des ombres, qui se rappelait le mieux celles qui avaient coutume de venir les premières ou les dernières, ou de marcher ensemble, et qui par là était le plus habile à deviner leur apparition, penses-tu que notre homme fût jaloux de ces distinctions, et qu’il portât envie à ceux qui, parmi les prisonniers, sont honorés et puissants ?

Ou bien comme ce héros d’Homère, ne préféra-t-il pas mille fois n’être qu’un valet de charrue, au service d’un pauvre laboureur, et souffrir tout au monde plutôt que de revenir à ses anciennes illusions de vivre comme il vivait ?

 Je suis de ton avis, dit Glaucon, il préfèrera tout souffrir plutôt que de vivre de cette façon là.

Imagine encore que cet homme redescende dans la caverne et aille s’asseoir à son ancienne place : n’aura-t-il pas les yeux aveuglés par les ténèbres en venant brusquement du plein soleil ? Et s’il lui faut entrer de nouveau en compétition, pour juger ces ombres, avec les prisonniers qui n’ont point quitté leurs chaines, dans le moment où sa vue est encore confuse et avant que ses yeux ne se soient remis (or l’accoutumance à l’obscurité demandera un temps assez long), n’apprêtera-t-il pas à rire à ses dépens, et ne diront-ils pas qu’étant allé là-haut, il en est revenu avec la vue ruinée, de sorte que ce n’est même pas la peine d’essayer d’y monter ? Et si quelqu’un tente de les délier et de les conduire en haut, et qu’ils le puissent tenir en leurs mains et tuer, ne le tueront-ils pas ?

 Sans aucun doute.

Maintenant, mon cher Glaucon, il faut appliquer point par point cette image à ce que nous avons dit plus haut, comparer le monde que nous découvre la vue au séjour de la prison et la lumière du feu qui l’éclaire, à la puissance du soleil. Quant à la montée dans la région supérieure et à la contemplation de ses objets, si tu la considères comme l’ascension de l’âme vers le lieu intelligible, tu ne te tromperas pas sur ma pensée, puisque aussi bien tu désires la connaitre. Dieu sait si elle est vraie.

Pour moi, telle est mon opinion : dans le monde intelligible, l’idée du bien est perçue la dernière et avec peine, mais on ne la peut percevoir sans conclure qu’elle est la cause de tout ce qu’il y a de droit et de beau en toutes choses ; qu’elle a, dans le monde visible, engendré la lumière et le souverain de la lumière ; que dans le monde intelligible, c’est elle-même qui est souveraine et dispense la vérité et l’intelligence ; et qu’il faut la voir pour se conduire avec sagesse dans la vie privée et dans la vie publique.

Je partage ton opinion, autant que je le puis.

Eh bien ! partage là encore sur ce point, et ne t’étonne pas que ceux qui se sont élevés à ces hauteurs ne veuillent plus s’occuper des affaires humaines, et que leurs âmes aspirent sans cesse à demeurer là-haut.

Mais quoi, penses-tu qu’il soit étonnant qu’un homme qui passe des contemplations divines aux misérables choses humaines ait mauvaise grâce et paraisse tout à fait ridicule, lorsque, ayant encore la vue troublée et n’étant pas suffisamment accoutumé aux ténèbres environnantes, il est obligé d’entrer en dispute, devant les tribunaux ou ailleurs, sur des ombres de justice ou sur les images qui projettent ces ombres, et de combattre les interprétations qu’en donnent ceux qui n’ont jamais vu la justice elle même……

Atelier de théâtre d’improvisation

Une troupe de théâtre d’improvisation

Je souhaite monter en Sud Ardèche une troupe de théâtre d’improvisation, afin de nous produire devant un public à partir du printemps 2022 !!

Mon idée est de former une troupe d’environ 6 à 8 personnes motivées, d’un certain niveau, afin de pouvoir au pied levé nous produire, à 3 ou 4, lors d’évènements, ou chez les particuliers pour l’instant… Les personnes de la “troupe” seront donc constituées de ceux ayant une certaine expérience de l’improvisation (2 ans d’impro au moins), ou au moins quelques années de théâtre écrit.

Un atelier pour les adultes est proposé (le vivier) pour les débutants, qui leur permettra d’acquérir les bases, et de rejoindre la troupe selon l’envie, dès que possible, au bout de quelques mois à priori.
Une certaine régularité sera souhaitable pour cela.

Notre deuxième atelier

Il y aura sur l’après midi du mercredi 26 janvier 2022 :

  • un premier atelier (atelier 1 : la troupe) pour les expérimentés (2 ans d’impro mini environ),
  • un deuxième atelier (atelier 2 : le vivier), pour les débutants, qui permettra d’acquérir les bases, et de rejoindre la troupe selon l’envie, dès que possible.

Nous ferons la première rencontre aux Vans (me demander pour l’adresse précise…)

Au plaisir de s’y retrouver !

Vincent H

Horaires des ateliers

  • 10h à 13h : Atelier 1, pour la troupe
  • 12h30 : Invitation être spectateur de l’atelier pour le vivier
  • 13h : Repas partagé
  • 13h45 à 15h15 : Atelier 2 pour les débutants

Les rencontres auront lieux UN mercredi sur DEUX, sauf exception.

Liens à voir avant la séance pour se faire une idée :

 

 

Autonomie Énergétique – Les stages

Prochaines dates de stage sur l’autonomie énergétique
Printemps 2022

MARGUERITTES 30320, (près de NÎMES)
Jeudi 2 juin et vendredi 3 juin 2022
au “Jardin Intérieur”, ZA La Ponche, 4 route d’Avignon.
Jeudi de 10h à 18h, pause d’une heure vers 13h.
Vendredi de 9h à 17h, pause d’une heure vers 13h.

AVIGNON 84000
Mi Juin environ, à définir encore
au “Jardin Intérieur”, 3 chemin du Lavarin (au Sud des remparts).
Jeudi de 10h à 18h, pause d’une heure vers 13h.
Vendredi de 9h à 17h, pause d’une heure vers 13h.

PEROLS 34470 (près de Montpellier)
Samedi 25 juin et dimanche 26 juin 2022
au “KAYA TEAM UNIVERSE”, 15 route de la foire.
Samedi de 10h à 18h, pause d’une heure vers 13h.
Dimanche de 9h à 17h, pause d’une heure vers 13h.

Pour vous inscrire, ou pour toute information, vous pouvez m’envoyer un message au
06 46 24 61 99, ou un mail à hermitant.ecolibre@gmail.com.

Une introduction à l’autonomie énergétique

Pour ne plus subir, et gagner en liberté : l’autonomie énergétique

En ces temps singuliers, vous avez peut être envie de vous libérer de vos dépendances au système. Après l’eau et la nourriture, l’énergie nous est devenue indispensable pour maintenir nos activités et un certain confort en cas de « rupture de la normalité ».

Il revient à chacun de se prendre en main vers cette émancipation, que les systèmes n’encouragent pas, malgré certains discours.

Il n’y a pas de magie dans l’autonomie énergétique. Les techniques sont aujourd’hui simples et éprouvées. Il suffit juste de comprendre et appliquer.

Il peut être confortable de ne rien faire, mais cela n’est peut être pas la meilleure position à tenir au vu des évènements à venir. Le temps semble d’accélérer aujourd’hui, et vous n’avez peut être pas envie de passer des centaines d’heures sur internet à vous former, sélectionner et regarder des vidéos, à essayer de comprendre, comparer, recouper, tester, faire des erreurs ?

A l’inverse, les solutions clefs en main vendues par des installateurs professionnels sont bien plus onéreuses que ce qu’il est possible d’obtenir par soi-même, si l’on comprend les principes.

Bien comprendre les solutions à notre portée permet de gagner 20 fois son investissement.

Alors profitez de mon expérience !
J’ai été professeur à l’université pendant 25 ans (en électricité, électronique, régulation, informatique industrielle, microcontrôleurs), et passionné par l’autonomie en général.

J’ai rencontré les fabricants de matériel solaire, suivi des formations, compilé des centaines d’heures de contenu sur internet, expérimenté, étudié les documentations les plus précises, et je m’appuie  sur une solide culture technique, pour vous proposer 3 journées (ou 1 ou 2 selon programmation) d’ateliers d’une efficacité maximale, précis, concrets, synthétiques.

Car le temps est à mettre à profit pour se préparer !

Objectif des 3 journées

  • Savoir pourquoi et comment être autonome.
  • Savoir choisir sa solution, la concevoir.
  • Savoir implémenter concrètement sa solution d’autonomie énergétique dans son habitation.

Pour un collectif, ou un particulier…
Dans une maison, un habitat léger, …

J’organise des sessions de 2 jours à 3 jours, selon la période et le lieu de formation, chaque journée durant 7 h de formation intensive. Chacune des sessions peut être suivie à son rythme, mais l’ordre des 3 journées doit être respecté. Par exemple, journée 1 et 2 pour une session, puis journée 3 pour une autre.

Attention, programme assez dense. Amenez de quoi écrire, calculer, faire des schémas…
Un carnet de notes sera fourni en arrivant.

Convivialisé assurée toutefois 😉

A qui cela s’adresse ?

A celui qui veut comprendre pour mettre en œuvre,

A celui qui veut comprendre, pour savoir expliquer ce qu’il veut à un installateur, et choisir et concevoir ensemble sa solution.

Dans tous les cas, cela s’adresse à celui qui veut économiser sur l’installation de sa solution, et avoir la maitrise de sa solution.

Journée 1 – Généralités sur l’autonomie

Introduction à l’énergie, les principes et rendements de conversion d’énergie.
Les différentes formes de l’énergie, les flux et le stockage.
Notions de puissance, énergie, tension, courant,
Comment et pourquoi produire son énergie, la consommer, la stocker ou la réinjecter.
Les gains en confort de vie, financiers.
Principes de l’autonomie, ordre de grandeur des besoins de l’homme…
Autonomie totale ou partielle ?
Principe de l’architecture bioclimatique, notion de confort.
Les contraintes de l’énergie solaire ?
Cogénération, ou comment tirer profit des « pertes » de conversion.
Utilisation d’un groupe électrogène.
Onduleur ou micro onduleur ?
Idées originales à développer…

Cet atelier est assez général, il concerne ceux qui veulent avoir une vue globale de la notion d’autonomie, avec les questions fondamentales, les pièges à éviter, et les techniques les plus efficaces pour établir l’autonomie en énergie, que ce soit dans un projet individuel ou en collectif.

Il vous apportera des solutions pour vous libérer des réseaux d’énergie classique, vous protéger du compteur LINKY, vous permettra de comprendre les technologies et les principes physiques pour faire les meilleurs choix.

Nous aborderons principalement les questions concernant l’autonomie énergétique pour les besoins en électricité, en chaleur, et en eau chaude sanitaire. Nous verrons aussi les notions, plus complexes, liées à la conception bioclimatique, à l’utilisation de la biomasse, …

Cet atelier est un condensé de savoirs et expériences, dans une approche originale ! Un florilège de solutions, éprouvées ou émergentes !

Journée 2 – Concepts de la production solaire

Les principes pour la production d’énergie, sa consommation, l’injection au réseau, l’autonomie ou l’autoconsommation.
Le matériel, et sa mise en œuvre.
Le paramétrage en fonction des scénarios de production/consommation.
Étude des schémas de câblage de différentes configurations.
Câblage au tableau électrique.
Câblage du système en série du tableau ou en parallèle ?
Étude sur des installations existantes.
Tester les différents matériels, les configurer.
Voir en temps réel tous les paramètres d’une installation.

Il est possible d’installer rapidement et facilement un système solaire, qui permet de s’affranchir d’une coupure de l’alimentation du réseau d’énergie électrique.

En fonction de l’option choisie, vous pourrez être autonome complètement, ou simplement être en mesure de fonctionner en mode dégradé, c’est à dire continuer à subvenir à vos besoins principaux en terme d’énergie électrique (alimentation des éclairages, ordinateurs, réfrigérateurs, commande de la chaudière, ouverture des volets électriques, …).

Nous allons étudier ensemble tout le matériel disponible aujourd’hui pour l’autonomie ou l’autoconsommation. Il s’agira de comprendre les principes technologiques, savoir comment paramétrer, brancher, dans une parfaite sécurité. Le fonctionnement sera expliqué en détail, les différentes options seront proposées.

Les solutions pourront être conçues pour être évolutives, c’est à dire conçues pour pouvoir augmenter la puissance de production solaire, ou encore la capacité de stockage de l’énergie, pour s’adapter à vos besoins évolutifs.

Utilisation possible également en site isolé avec branchement d’un groupe électrogène.

Journée 3 – Atelier de mise en œuvre

Dimensionnement de votre installation en fonction des besoins, du projet.
Sécurité d’une installation, notion de conducteur de protection et mise à la terre, rôle et fonctionnement du disjoncteur différentiel
Implantation dans un tableau général TGBT en parallèle, ou en série.
Paramétrage avancé.
Choix du type de batterie

Informations pratiques

Pour toute info sur l’organisation ou le contenu, contacter Vincent au 06 46 24 61 99.

Nombre minimum de participants : 5 personnes. En deçà, l’atelier sera reporté.

Le formateur

Vincent HERMITANT
Ingénieur en mécanique générale,
Ancien professeur en électronique et mécatronique à l’université,
Passionné par l’autonomie pour l’humain, et la transmission des savoirs.
25 ans de pédagogie, 25 ans de passion pour l’énergie, l’autonomie,au service du nouveau monde, à votre service pour vous faciliter la transition.

Aspects pratiques, hors cas particuliers

Début de l’atelier à 9h, pause vers 13h, reprise à 14h, et fin à 17h.
Repas partagé pour la pause de 13h.
Accueil dès 8h40, avec un café de bienvenue.